INONDATION À KIN : L’ETAT ET LES KINOIS, TOUS DEUX RESPONSABLES !

02 avril 2021 à 07h58 - 74 vues

Mardi dernier, la ville de Kinshasa a été frappée par une pluie torrentielle qui l’a dévastée en causant d’énormes dégâts matériels et quelques pertes en vies humaines. Toutes les rivières sont sorties de leurs lits. Mais ce n’est malheureusement pas la première fois qu’une telle catastrophe survient. Exactement de la même manière. Tout le monde, citoyen comme autorité publique semble dépassé par cette situation inqualifiable des inondations. Pourtant, des deux côtés, on en maîtrise bien les causes immédiates et lointaines.

La population, c’est-à-dire les Kinois, sait très bien qu’il y a des conséquences lorsqu’elle se permet impunément de déverser ses ordures ménagères dans des caniveaux et dans des rivières. On n’est plus à l’étape de la sensibilisation. Faut-il rappeler que les déchets déversés dans des caniveaux bouchent ceux-ci et font remonter les eaux des pluies à la surface en causant les inondations.

En ce qui concerne les ordures ménagères jetées dans les rivières, c’est pratiquement la même situation qui fera remonter les lits de tous ces cours d'eaux qui seront débordées à la moindre averse pour refouler le reflux d’eau des pluies en causant des inondations.

LIRE AUSSI :Congo semble suivre le mouvement initié par les nations européennes.

Tous les Kinois le savent très bien mais à cause de l’absence criante des dépotoirs pour immondices dans presque tous les quartiers de la capitale, nombreux sont ceux qui se livrent à cette pratique condamnable sous la barbe de l’autorité. Toujours en ce qui concerne les rivières, la même autorité publique a laissé construire des maisons d’habitation sur les berges des rivières là où aucune autorisation de bâtir ne peut légalement être accordée. Il ne s’agit ni plus ni moins que de constructions anarchiques qui provoquent aussi les débordements de ces rivières à la moindre pluie.

CRIME.png (146 KB)

Depuis des années, l’Etat congolais a laissé perdurer cet état des choses. L’Etat congolais lui-même a créé les conditions des inondations dans la métropole Kinshasa étant donné qu’il n’y a pas une seule construction anarchique dans cette ville sans un titre délivré par une autorité quelconque à quel que niveau que soit.

AGIR EN AMONT

Tout le monde passe et voit ces constructions anarchiques sans la moindre réaction mais on est étonné des ravages en termes d’inondations catastrophiques lors des pluies torrentielles comme celle de mardi dernier. Car, on n’a rien fait pour corriger en s'attaquant aux causes de l'anomalie. Mais la correction passe obligatoirement par la démolition de toutes ces constructions anarchiques où habitent dans l’ensemble déjà des milliers de Kinois depuis des années. C’est là le blocage. Comme pour démontrer que c’est en amont que l’autorité doit imposer la norme en matière urbanistique et non après coup.

12918897lpaw-12919641-article-filesdrcongoheslthcholerawho-jpg_4917344_660x281.jpg (52 KB)

De la même manière, l’Etat a laissé ériger certains immeubles commerciaux et administratifs dans le centre-ville de Kinshasa sur le passage des collecteurs qui drainent les eaux de pluie vers le fleuve Congo. Ce qui obstrue ces collecteurs d’eau qui sont des ouvrages géants sous terre en les empêchant de diriger directement les eaux vers le fleuve Congo en les ramenant à la surface sous forme d’inondations. C’est ce qui explique le fait qu’à ce jour le quartier des affaires qui est situé au centre-ville de Kinshasa soit inondé à la moindre pluie. C’est inimaginable.

Pourtant, c’est bien cela la dure réalité. Il s’est bien trouvé quelqu’un du côté de l’Etat congolais pour délivrer une autorisation de construire en bonne et due forme à cet promoteur immobilier pour ériger son immeuble sur le passage d’un collecteur. C’est cela qui doit changer. Lorsqu’il est allé visiter le marché central «Zando» pour convaincre les vendeurs sur la nécessite de sa fermeture pour sa réhabilitation, il a aussi évoqué le cas de cet immeuble en question qui a des conséquences qui ont des effets néfastes jusque dans le périmètre du Grand- marché «Zando».

Comme on le voit, les inondations dans la ville-province de Kinshasa sont d’abord principalement le fait de l’Etat congolais qui a autorisé toutes ces constructions anarchiques et secondairement des Kinois qui sont, en tout point de vue des victimes. KANDOLO M

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article