RDC: les violences liées à l'ONU entraînent la mort de trois casques bleus et plusieurs civils

27 juillet 2022 à 05h53 - 81 vues

Au deuxième jour des manifestations publiques contre l'opération de l'ONU dans le pays, trois soldats de la paix des Nations Unies et sept civils ont été tués mardi à Butembo, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Tout au long des manifestations tendues « Nous regrettons la mort de trois Casques bleus de la mission RDC (Monusco), dont deux Indiens et un Marocain, au milieu de vols et de destructions. Un Égyptien grièvement blessé est également présent » a déclaré le chef de la police, le sous-commissaire supérieur Paul Ngoma, à Anadolu.

« Sept civils ont également trouvé la mort, leurs corps gardés à la morgue », a ajouté le même officier supérieur de la police.

Les Casques bleus sont accusés par les manifestants de ne pas assurer leur sécurité face aux groupes armés et de ne pas assez défendre les intérêts de la population.

La mobilisation contre la présence des casques bleus est parti de Goma, chef-lieu de la province, lundi, où des centaines de manifestants ont pris d'assaut le quartier général de la Monusco à Goma et sa base logistique. Le gouvernement a déploré la mort de 5 manifestants et une cinquantaine de blessés.

« La Monusco dénonce vigoureusement l'attaque de ses locaux à Goma, dans le Nord-Kivu, perpétrée par un groupe de pilleurs en marge d'une manifestation qui, de surcroît, a été interdite par le maire de la ville de Goma », a écrit la mission dans un communiqué.

Le président du Sénat congolais, Modeste Bahati avait, lors d'un meeting mi - Juillet à Goma, demandé à la Monusco de « plier bagages » après 22 ans d'une présence qui n'a pu imposer la paix dans la région.

En condamnant les incidents, le porte-parole du gouvernement a promis que les « responsables seront poursuivis et sévèrement sanctionnés ».

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article