Mo Farah : révèle le trafic d'êtres humains dont il a été victime

15 juillet 2022 à 07h48 - 101 vues

Sir Mo Farah a admis avoir été amené illégalement au Royaume-Uni alors qu'il était enfant et obligé d'effectuer des travaux domestiques.


L'athlète olympique a déclaré à la BBC que les personnes qui l'ont amené de Djibouti lui ont donné le nom de Mohamed Farah. Son vrai nom est Hussein Abdi Kahin.


Il raconte comment, à l'âge de neuf ans, une femme qu'il n'avait jamais vue l'a forcé à quitter ce pays d'Afrique de l'Est et l'a forcé à s'occuper des enfants d'une autre famille.
L'athlète de l'équipe de Grande-Bretagne a déclaré: "Au fil des ans, j'ai continué à tout abstraire."

Sir Mo dit qu'il avait environ huit ou neuf ans lorsqu'il a été emmené chez des parents à Djibouti. Il a ensuite été emmené par avion au Royaume-Uni par une femme qu'il n'avait jamais rencontrée et avec laquelle il n'avait aucun lien de parenté.

Elle lui a dit qu'il était emmené en Europe pour y vivre avec des membres de sa famille, ce qui l'a "emballé". "Je n'étais jamais monté dans un avion auparavant", dit-il.

La femme lui a dit de dire qu'il s'appelait Mohamed. Il dit qu'elle avait sur elle de faux documents de voyage sur lesquels figurait sa photo à côté du nom "Mohamed Farah".

Lorsqu'ils sont arrivés au Royaume-Uni, la femme l'a emmené dans son appartement à Hounslow, dans l'ouest de Londres, et lui a pris un morceau de papier sur lequel figuraient les coordonnées de ses proches.

"Juste devant moi, elle l'a déchiré et l'a mis à la poubelle. À ce moment-là, j'ai su que ça n'allait pas", raconte-t-il.

Sir Mo dit qu'il devait faire le ménage et s'occuper des enfants "si je voulais manger". Il dit que la femme lui a dit : "Si tu veux revoir ta famille un jour, ne dis rien."

"Souvent, je m'enfermais dans la salle de bain et je pleurais", dit-il.

Les premières années, la famille ne lui a pas permis d'aller à l'école, mais à l'âge de 12 ans, il s'est inscrit en septième année au Feltham Community College.

On a dit au personnel que Sir Mo était un réfugié de Somalie.

Son ancienne tutrice Sarah Rennie raconte à la BBC qu'il est arrivé à l'école "négligé et sans soins", qu'il parlait très peu l'anglais et qu'il était un enfant "solitaire et dépossédé de sa culture".

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article