Projet Kitoko, le rêve de plus d'un kinois.

10 février 2021 à 07h21 - 142 vues

C'était la semaine dernière au Caire en Egypte, que le chef de l'Etat Félix-Antoine Tshisekedi assistait à la signature du contrat pour la réalisation de ce projet tant voulu et souhaité par la population kinoise.

Ledit projet a comme objectif : l’extension de la ville de Kinshasa vers sa partie Est, précisément dans la commune de Maluku.

A Kinshasa la capitale, le projet Kitoko suscite de l'espoir dans le chef de bon nombre de ses habitants qui du reste voyaient s'éloigner l'espoir de devenir propriétaire des parcelles dignes de ce nom.

image18.jpg (421 KB)

A en croire aux propos de plusieurs d’entre eux rencontrés à travers les différent rues : "la réalisation et finalité du projet Kitoko placera Fatshi au rang de premier bâtisseur congolais", en expliquant le pourquoi en ces termes : ”c'est depuis l'époque coloniale que la ville de Kinshasa a assisté à la construction de nouvelles cités ! Notamment avec l'O.N.L[office national de logements]. Cet office nous a légué comme héritage Bandalungwa, une partie de Kintambo, Lemba, Matete, Yolo, etc. Bien sûr lors du régime Mobutu, il y a également eu quelques constructions comme maman Mobutu, Cité verte, Salongo mais ces cités n'étaient pas destinées au grand public", indique M. Mputu Alphonse (retraité de la Fonction publique et notable de la commune de Ngaliema).

LIRE AUSSI :Voici coment Félix Tshisekedi a repris la main

De son côté, l'asbl IFFN de Ngaliema précise que : "ce projet visant l'extension de la ville de Kinshasa s'avère être le véritable remède pour le désengorgement de la capitale", a-t-elle martelé. A elle de renchérir que ”c'est la chance à nous les jeunes de devenir propriétaire comme à l'époque de nos parents ; le phénomène ’gilette’ [morcellement de parcelles] disparaîtra”, a-t-elle ajouté.

De nos jours, s'acheter une parcelle dans un quartier urbanisé est un véritable casse-tête pour la jeunesse. Et la matérialisation du projet Kitoko réalisera le rêve de plus d'un kinois.

Voir aussi

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article